Commune de Plélauff dans les Côtes d'Armor en Bretagne Accueil du site Web de la commune de Plélauff Contactez par Email ou par téléphone la commune de Plélauff La commune de Plélauff en Photos

Plélauff et le canal de Nantes à Brest forment un couple uni depuis maintenant plus de 170 ans !

Sur la commune de Plélauff, le canal c’est un parcours d’environ 11 km et pas moins de 6 écluses.

Sur le plan touristique son attrait est indéniable.

A partir des vacances de Pâques et jusqu’à l’automne, il est parcouru par de nombreux randonneurs qu’ils soient pédestres, équestres, cyclotouristes ou encore kayakistes.

Que ce soit pour une balade de quelques heures ou pour le faire dans sa totalité en itinérance.

A noter que pour ce qui de la pratique du canoë, toutes les écluses de la partie costarmoricaine du canal sont équipées de toboggans permettant de franchir les écluses.

Si vous êtes adepte de ce sport ne manquez pas de faire le parcours depuis la chapelle de pitié jusqu’à Gouarec ou, si le cœur vous en dit, jusqu’au lac de Guerlédan.


Les travaux de construction de ce canal ne commenceront qu’en 1804 sous l’Empire, pour des raisons stratégiques avec la reprise des hostilités avec l’Angleterre et le Blocus continental. La supériorité de la flotte anglaise sur les mers oblige Napoléon Ier à assurer l’approvisionnement des arsenaux de Brest et Lorient par une voie fluviale intérieure la reliant à la Loire par Nantes.

Travaux titanesques de jonction entre quatre bassins fluviaux (Loire, Vilaine, Blavet, Aulne), huit rivières (Erdre, Isac, Oust, Blavet, Kergoat, Doré, Hyères, et Aulne), trois biefs de partage des eaux (Bout-de-Bois : 19,83m, Hilvern : 128,71m, Tranchée de Glomel : 183,85m) et 236 écluses pour un parcours de 360 km...
Prisonniers de guerre espagnols, soldats déserteurs et bagnards de Brest, paysans, femmes et enfants vont s’échiner des années durant dans ces travaux.

Le canal de Nantes à Brest est livré dans son intégralité à la navigation en 1842.
La batellerie bretonne va assurer à cette voie d’eau une vocation commerciale dans le transport de marchandises à l’intérieur de la province.
La construction de routes et le développement des voies ferrées marqueront le déclin des activités de transport sur le canal.
La construction du barrage hydroélectrique de Guerlédan isolera dans les années 30 les parties finistérienne et costarmoricaine du reste du réseau.

Le canal semblait condamné, mais sa vocation touristique le remet au cœur d’une dynamique économique, sociale, environnementale et au cœur de nombreux projets.